Younghusband – Swimmers

(Opposite Number Records)

Membre de la garde rapprochée de Cate Le Bon, de Meilyr Jones et plus récemment de Rose Elinor Dougall, Euan Hinshelwood œuvre aussi aux destinées de Younghusband. Discrète, bien que brillante, la formation basée à Watford avait jusqu’alors sorti deux albums – Dromes, enregistré chez Nicolas Vernhes (Deerhunter) en 2013, et Dissolver en 2015 – faisant la part belle à une tendance psyché et shoegaze. Avec Swimmers, Younghusband a pris un petit coup de chaleur. Le changement est radical, tant ce troisième effort à l’indice UV pénétrant propose une collection de chansons taillées pour se perdre le temps d’un été. Ça tombe bien, il paraît qu’il arrive…

Younghusband (DR).

À l’image d’un coup de foudre, Swimmers est un disque à effet immédiat. Contrairement aux deux albums précédents, celui-ci a d’ailleurs été écrit par un Euan Hinshelwood reclus seul dans son coin. Et ce n’est qu’au moment d’entrer en studio qu’il a présenté le fruit de ses réflexions et de son travail à ses partenaires. Swimmers a été été conçu loin de tous les tumultes. Le studio ayant été aménagé dans une vieille grange de Greenwich appartenant à un artiste octogénaire. Ceci explique peut-être cela.

À l’horizon ? Aucune révolution, mais la promesse d’une demi-heure d’insouciance, de romance et de naïveté amoureuse. C’est direct, sans artifice, sans calcul, résolument candide et on se retrouve avec une poignée de mini-hits de pop à guitares (régulièrement soutenus par un clavier) qui excèdent à peine les trois minutes (Sister, Modern Lie, Broken In Half, Grinding Teeth, Paradise In The Rain).

On ne demande pas plus, et la récolte est belle. Que l’on soit sur une plage ou perdu dans un champ de coquelicots, on ne voudra plus jamais partir. Et comme Euan Hinshelwood, on se tournera vers la bonne personne se trouvant à nos côtés, et on se surprendra à murmurer « I don’t need somebody else » (Translation). On se souviendra de cet instant comme d’un « chouette » moment. « Chouette » (et sans véritables prétentions, si ce n’est mélodiques)… Un qualificatif qui colle parfaitement à ce Swimmers. Un disque sincère, addictif, et notamment destiné à celles et ceux qui ont un « coeur pur », et qui en ressentent parfois une certaine douleur.

 

 

Tracklist
1. Translation
2. What’s Wrong ?
3. Modern Lie
4. Different About You
5. Sister
6. Grinding Teeth
7. Broken In Half Again
8. Paradise In The Rain
9. Sucker
10. It’s Not Easy

Discographie
Dromes (2013)
Dissolver (2015)
Swimmers (2019)

Younghusband

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. Accepter Lire plus