The Orielles – Silver Dollar Moment

(Heavenly Recordings)

Coup de jeune sur la pop anglaise ! 

Les gazettes musicales d’outre-Manche s’enflamment pour Shame, Cabbage ou autres Pale Waves, mais au rayon des nouvelles sensations pop britanniques, notre choix se portera plutôt sur The Orielles. Fruit de la rencontre inopinée de deux sœurs (Sidonie et Esmée Hand-Halford) et d’un jeune guitariste (Henry Wade), le trio originaire d’Halifax dans le Yorkshire s’est attiré les faveurs du label Heavenly (Saint Etienne, Baxter Dury…), séduit par une esthétique artisanale digne de celle des Pastels. Après une poignée de singles, parmi lesquels l’extatique Sugar Tastes Like Salt et ses huit minutes jubilatoires placées sous perfusion ESG / A Certain Ratio, The Orielles livrent un premier essai facétieux, qui se joue des chapelles et refuse les étiquettes trop restrictives.

Ces jeunes gens n’étaient pas nés à l’époque où les Stone Roses et les Happy Mondays trustaient le haut des charts indés, pourtant le groovy Mango, placé en ouverture, reconstitue avec une méticulosité stupéfiante l’univers du fameux baggy sound d’alors. Fin connaisseur de la grande encyclopédie des tendances indie-pop, le groupe ne se limite heureusement pas à ces seules références et a plutôt voulu construire son premier album comme un vaste champ des possibles. Au fil de ces 11 plages délicieusement arty, l’auditeur louvoiera ainsi, sans risque de lassitude, entre garage-pop instantanée (Let Your Dog Tooth Grow), ballade sidérale (Liminal Spaces) ou disco wah-wah (Blue Suitcase). Hétéroclite et indiscipliné, Silver Dollar Moment porte en lui toute la fraîcheur et l’innocence de la jeunesse. Après tout, The Orielles ont toute la vie devant eux pour devenir raisonnables.

soundcloud.com/theorielles
heavenlyrecordings.com/artist/the-orielles/

Crédit photo : DR