Rolling Blackouts Coastal Fever – Sideways To New Italy

(Sub Pop)

Sans avoir à changer de cap, et tout en continuant à puiser dans cette légèreté beaucoup plus travaillée qu’il n’y paraît, les Rolling Blackouts Coastal Fever se montrent toujours aussi brillants sur ce deuxième album intitulé Sideways To New Italy.

Devenus compagnons de route officiels de nos virées estivales – mais pas que… – depuis 2017 et la parution d’un deuxième EP chez Sub Pop (The French Press), les Rolling Blackouts Coastal Fever avaient transformé l’essai dès l’année suivante avec un premier long format pour le coup très attendu. Maîtrisé à la perfection, Hope Downs venait incontestablement accroître encore davantage le capital sympathie que l’on pouvait ressentir à l’égard de ces cinq australiens. Parce que dans le genre ″je ressuscite l’âge d’or de la jangle pop 80’s″ tout en rappelant aux fans de R.E.M pourquoi ils sont fans de R.E.M – ça fonctionne également avec The Go-Betweens – difficile de trouver plus pertinents et efficaces. S’il était sorti deux décennies plus tôt, Hope Downs serait sûrement devenus un ″must-have″. Un marqueur fluo d’insouciance adolescente.

(DR)

Deux ans plus tard, les Rolling Blackouts Coastal Fever – chez qui tout semble décidément si parfait (l’esthétique, cet imaginaire ″cool″ lié à un été austral teinté à la lunette noire) – sont donc déjà de retour avec un deuxième album. Forcément, on appréhende un peu. Et au départ, la lecture n’est pas la même qu’au moment du premier flirt. Depuis le temps, on a appris à se connaître et c’est comme si on en attendait un peu plus. Vu comme ça, ça sent la rupture parce que Sideways To New Italy n’est autre qu’une confirmation de ce que sont véritablement les Rolling Blackouts Coastal Fever. C’est-à-dire une machine rythmique spectaculaire qui, lorsqu’elle ne vous pousse pas à encore appuyer un peu plus sur l’accélérateur, vient vous poser quelques fleurs au travers d’une mèche forcément blondie par les rayons du soleil.

C’est donc sans véritable surprise que les Rolling Blackouts Coastal Fever continuent à se montrer… Brillants. Définitivement. À chacun son ADN : Il y a toujours cette nostalgie, ces lueurs ″fuzzy″ et surf qui viennent transpercer cette cadence infernale et implacable (les formidables The Second Of The First, Falling Thunder, Cars In Space), ces harmonies vocales, ainsi que ces mélodies qui ne demandent qu’à être cueillies sans avoir à faire le moindre effort (la ″Go-Betweens″ Cameo, The Cool Change). Parfois, les bases se veulent un peu plus ″funky″ que d’habitude (The Only One), voire même contemplatives le temps d’une jolie berceuse (Sunglasses At The Wedding).

Ce n’est sans doute pas un hasard si le premier titre de Sideways To New Italy s’intitule The Second Of The First, tant ce deuxième album apparaît comme une suite logique à Hope Downs. Ici, on retrouve tout ce qui fait la force de les Rolling Blackouts Coastal Fever. Une force et une efficacité puisées dans cette légèreté beaucoup plus travaillée qu’elle n’y paraît. Tout un savoir-faire. Et une petite célébration de la vie, comme elle devrait l’être.

 

 

Tracklist
1. The Second Of The First
2. Flying Thunder
3. She’s There
4. Beautiful Steven
5. The Only One
6. Cars In Space
7. Cameo
8. Not Tonight
9. Sunglasses At The Wedding
10. The Cool Change

Discographie
Sideways To New Italy (2020)
Hope Downs (2018)

Bandcamp
Facebook
Instagram
Twitter

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. Accepter Lire plus