RÉTRO 2020 : Destroyer

Have We Met, ou la bande-son des errances la nuit (quand on a le droit se sortir). Le très réussi Ken marquait déjà un virage synthétique fort dans la musique de Destroyer. Conçu par l’auteur comme « un travail né de l’isolation », ayant trait à la rencontre d’un couple à la lumière artificielle d’un ordinateur, Have We Met va encore plus loin, avec des sonorités proches d’Air, OMD ou Art of Noise, et Dan Bejar qui, comme la pochette le montre, se mue en crooner façon Mark Hollis. Une œuvre de notre époque donc, où Dan Bejar crée une musique intimiste, noire, profondément mélancolique. Influencé par la diversité musicale et cinématographique des années 80 – le minimalisme des premiers disques de Hip-Hop, de films d’horreur coréens ou encore des films White Nights et Pretty in PinkDestroyer arrive à faire ressortir de cette époque prétendument légère toute la mélancolie qui lui était sous-jacente. Une mélancolie qui n’a jamais été autant présente ces jours-ci.

Have We Met de Destroyer est sorti le 31 janvier 2020 sur le label Dead Oceans.

Listes des titres :
Crimson Tide
Kinda Dark
It Just Doesn’t Happen
The Television Music Supervisor
The Raven
Cue Synthesizer
University Hill
Have We Met
The Man in Black’s Blues
Foolssong

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. Accepter Lire plus