RÉTRO 2020 : Bill Fay

Bill Fay, c’est un peu Colin Smith, ce héros si fragile tout droit sorti d’une nouvelle d’Alan Sillitoe magistralement adaptée à l’écran au début des années 60. L’un magnifie la course à pied afin d’en faire un Art dont la rêverie et l’évasion dépassent les vicissitudes de son existence, l’autre, auteur de deux premiers albums remarquables (mais absolument pas remarqués) au début des années 70, a dû attendre plus de 40 ans avant de rencontrer une forme de succès (discret, certes, mais amplement mérité). Remis en selle notamment par un certain Jeff Tweedy, ce retour en grâce s’est matérialisé en 2012 par un chef-d’œuvre de spiritualité, Life Is People avant que le sépulcral Who Is The Sender, trois ans plus tard, ne vienne confirmer que l’Anglais était bien là pour inscrire sa carrière sur la longueur et rattraper le temps perdu. Aussi, en ce début d’année si particulière, lorsque Countless Branches, dernier volet du mystique triptyque, a été dévoilé, nous savions avant même de l’écouter que la félicité serait au rendez-vous. Plus dépouillé dans les arrangements que ses prédécesseurs mais non moins poignant, ce disque aura été le réconfortant compagnon de route dont nous avions bien besoin cette année.

Countless Branches de Bill Fay est sorti le 17 janvier 2020 chez Dead Oceans.

Liste des titres :
In Human Hands
How Long, How Long
Your Little Face
Salt Of The Earth
I Will Remain Here
Filled With Wonder Once Again
Time’s Going Somewhere
Love Will Remain
Countless Branches
One Life

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. Accepter Lire plus