Plastic Mermaids – Suddenly Everyone Explodes

(Sunday Best Recordings)

The Flaming Lips, Mercury Rev, MGMT, Grandaddy , Spiritualized, The Streets, Polyphonic Spree, Super Furry Animals… On met tout ça dans la même bouteille, on secoue bien fort, on tourne le bouchon sans laisser reposer et on se retrouve éclaboussé par tout ce qui fait l’essence des Plastic Mermaids. D’accord, on en a plein le t-shirt, ça colle un peu, mais on sourit bêtement. Un peu comme si on avait donné une chips à Gizmo après minuit, on vient d’assister à la création d’un truc pas possible. Un truc fun, malin, un peu drogué et surtout, totalement incontrôlable.

Plastic Mermaids (DR).

Car Suddenly Everyone Explodes est un véritable feu d’artifice. Au départ des mèches lentes, on retrouve cinq jeunes insulaires de l’île de Wight. Avec parmi eux, les frères Richards – Douglas et Jamie – qui se partagent la voix et les synthés, les deux allumettes et éléments clés de l’univers en kaléidoscope, elfique et parfaitement (néo)psyché des Plastic Mermaids. Leur force ? Habiller le tout avec des machines et des dizaines d’instruments qu’ils entreposent chez eux depuis des années (ce côté « petits bricoleurs »), mais aussi avec des chœurs qui propulsent certains passages vers des territoires inespérés, et hallucinés.

On pense notamment à Yoyo. Comme si Jason Pierce était entré en studio avec Mike Skinner, ce petit miracle « space pop » et tout en spokenword sera l’une des petites choses les plus ludiques et touchantes que l’on sera en droit d’entendre cette année. Mêmes effets après le break céleste de 1996, l’un des singles de ce premier album que les Plastic Mermaids auront mis cinq ans à enregistrer (après une poignée d’EP qui valent aussi le détour). Ça s’est passé dans une grande cabane, celle-là même dans laquelle les frères Richards jouaient lorsqu’ils étaient gamins. Un Abbey Road en pleine nature. Parfait pour jouer aux petits sorciers, et mettre en boîte ce qu’ils considèrent comme un disque « folkadelic » et orchestral.

Sans jamais véritablement viser le juste milieu, les Plastic Mermaids tapent régulièrement dans le mille (1996, Floating in a Vacuum, 10 000 Violins Playing Inside an Otherwise Empty Head, Milk, Yoyo, et I Still Like Kelis écrit au lendemain d’un concert de Grandaddy auquel ils avaient assisté), tout en brouillant les pistes. Exit les algorithmes, les choses biens rangées là où il faut, la liberté des Plastic Mermaids est totale. Au risque, parfois, d’en faire un peu trop. Mais peu importe, ce Suddenly Everyone Explodes est une petite pépite incandescente de « premier album ».

 

 

Tracklist
1. Glow
2. 1996
3. Floating in a Vacuum
4. 10 000 Violins Playing Inside an Otherwise Empty Head
5. Milk
6. Yoyo
7. I Still Like Kelis
8. Unhappy Tamagotchi
9. Throwing Stones At The Moon
10. Aquarium Acid Trip
11. Ooh
12. Taxonomy
13. Luliuli

Discographie
Suddenly Everyone Explodes (2019)

Plastic Mermaids

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. Accepter Lire plus