Patience – Dizzy Spells

(Winona Records)

Pour Roxanne Clifford, il fallait tourner la page Veronica Falls. Changer les habitudes et passer à autre chose. Et pour ça, elle est partie s’installer en Californie. Elle s’est mise au roller, et désormais elle se fait aussi appeler Patience. C’est en tout cas le nom de son nouveau projet, dont on avait pu entendre un extrait dès 2016. Ça s’appelait Pressure, et ce titre annonçait d’ores et déjà le virage à 180 degrés qu’allait opérer Roxanne Clifford pour la suite de ses aventures. Exit les guitares jangly (qui doivent un peu prendre la poussière quelque part à Londres), et place à une synthpop anachronique car délibérément 80’s, pour laquelle elle a d’ailleurs créé son propre label (Winona Records).

Patience
Roxanne Clifford / Patience (DR).

Après avoir enfoncé le clou avec l’excellent White Of An Eye, et sa part de Technique dont New Order a le secret, la Londonienne prêtera sa voix à You’re Sorry, un titre que les « clubbers » doivent à Todd Edwards. Connu pour son influence dans la House music et le UK Garage, ce même Todd Edwards – collaborateur régulier des Daft Punk (Discovery en 2001, Random Access Memories en 2013) – se retrouve aussi à la production du morceau d’ouverture de ce premier album de Patience. Ce The Girls Are Chewing Gum, que l’on pourrait facilement retrouver sur une compile DFA Records, donne le ton. C’est comme si on mettait les pieds sur un dancefloor, avec – autour de soi – que des personnes qui n’auront juré que par la pop sensible de ces trente dernières années. Sauf que cette fois-ci, ces personnes ont envie de danser. Ensemble. Comme un cercle fermé qui se laisserait volontiers submergé par une vague de spleen.

Car avec Roxanne Clifford, la mélancolie n’est jamais très loin. Ici, la seule différence, c’est qu’elle passe par un traitement différent (new wave, avant-pop et même Italo disco, parfois). Quelque part, comme toute page qui se tourne, c’est assez courageux et il suffit de se laisser tenter pour être récompensé (The Girls Are Chewing Gum, Living Things Don’t Last, The Church et surtout White Of An Eye). Le fantôme des Veronica Falls plane aussi sur ce Dizzy Spells (étourdissements en français), le temps d’un duo avec Marion Herbain sur Moral Damage.

Si Roxanne Clifford ne cache pas son intention de revenir un jour avec une nouvelle formation en dehors des Veronica Falls, elle montre ici sa capacité à proposer autre chose et à se réinventer tout en préservant sa belle sensibilité « pop ».

 

Tracklisting
1. The Girls Are Chewing Gum
2. Living Things Don’t Last
3. White of an Eye
4. No Roses
5. Aerosol
6. The Church
7. Voices in the Sand
8. Moral Damage
9. The Pressure
10. Silent House

Discographie
Dizzy Spells (2019)

Patience

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. Accepter Lire plus