Nadia Reid – Out Of My Province

(Spacebomb Records)

Nadia Reid est de retour avec son disque le plus ambitieux et plus accessible à ce jour. Enregistré aux États-Unis, Out Of My Province continue d’installer l’envoûtante Néo-Zélandaise dans le cercle des meilleures ″songwriters″ du moment.

C’est sous le pavillon « Spacebomb » – le label de Matthew E. White – que l’on retrouve désormais Nadia Reid. Après deux premiers albums, et notamment le plébiscité Preservation (2016), la Néo-Zélandaise est retour avec Out Of My Province. Un disque ″voyage″, alternant folk et alt-rock, qui lui permet indéniablement de franchir un cap. Et d’entrer définitivement dans le cercle très restreint des meilleures ″songwriters″ du moment.

Tout d’abord, il y a cette voix. Ou plutôt cette façon qu’a Nadia Reid de ne jamais la poser là où on l’attend véritablement. Pour elle, chaque chanson, chaque phrase prononcée, apparaît comme un exercice de variations. Ça monte, ça descend, tout en retenant (ou en reprenant) son souffle… Difficile à décrire sur le papier, ce savoir-faire est plus qu’un simple procédé, et confère un profond relief  – certes vallonné – à chacune des compositions proposées par Nadia Reid. En cela, The Future, Heart To Ride, mais surtout Get The Devil Out se révèlent être des modèles du genre. Tout est dans le détail. Et ce qui pourrait s’apparenter de prime abord à quelque chose d’entendu ″1000 fois″, ne l’est en fait pas du tout. Pour faire la différence, la Néo-Zélandaise opère dans la discrétion et la subtilité : suspendu à son chant, on ne sait jamais vraiment où il nous déposera.

Out Of My Province est également le disque le plus ambitieux – tout en étant le plus accessible – de Nadia Reid. Ces cuivres, ces cordes, ces arrangements (les superbes High and Lonely, la ″soft PJ Harvey″ Best Thing, ou encore All Of My Love), on ne les entendait pas forcément auparavant. De même que cette capacité à proposer un véritable hit en puissance. Ici, il est bien évidemment question de Oh Canada. ″I am lonely for you in Norway, I am lonely for you in Spain, Could you hold me in the darkness ? Would you tell the world my name ?″. De ses doutes et questionnements incessants, Nadia Reid en a littéralement fait une chanson qui – dans l’absolu – devrait passer un peu partout en ″heavy rotation″. Plus loin, Other Side Of The Wheel emprunte le même chemin sans toutefois atteindre la portée quasi universelle d’Oh Canada, mais finit de souligner le parti pris ″outre-Atlantique″ de ce formidable troisième album.

 

 

Discographie.

Nadia Reid.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. Accepter Lire plus