Matthew Edwards & The Unfortunates – The Birmingham Poets

(December Square)

Les trouvères l’avaient compris bien avant tout le monde. Quoi d’autre mieux que la poésie et la musique pour s’extraire de ce monde crapoteux et s’élever au dessus de ses basses contingences ? Accompagné de ses ″Unfortunates″, Matthew Edwards effectue en ce début de printemps un retour dans cette bonne vieille ville de Birmingham pour en célébrer ses poètes, à sa manière. En l’occurrence dans une récente interview, le chanteur des Midlands comparait les ménestrels à des amis distrayants et amusants débarquant de manière impromptue lors d’un dîner et capables de couvrir vos murs de slogans empreints de romantisme. Et pour notre plus grande joie, c’est Matthew Edwards and The Unfortunates, troubadours des temps modernes, qui s’invitent chez nous.

Dès le premier morceau, le ton est donné. C’est un disque ″vérité″ auquel on a affaire. Dans Beside Myself, il dit d’ailleurs ″I want to tell the truth″, bien que cela semble compliqué d’être toujours soi-même comme le souligne ironiquement son épouse qui l’accompagne au chant sur ce titre. Ce thème, on le retrouve aussi sur la troisième piste, Anthony Bold, où le personnage principal est toujours le même sans jamais vraiment l’être. Dualité des personnages, mais vérité des sentiments.

Matthew Edward and The Unfortunates
(DR)

Sur la superbe ballade Our Boldest Daughter, Matthew Edwards chante l’amour à sa famille (″I love you all″). Il évoque des souvenirs d’enfance dans The Sons of Marxist Fathers… Nostalgique d’un passé révolu, peut-être. Cependant, cette nostalgie n’empêche pas la pop très 60’s de la côte est des Etats-Unis, où le Brummie a séjourné pendant 20 ans, d’ensoleiller un titre comme California, Can You Wait ?. La Californie, lieu rêvé, fantasmé pour beaucoup, mais l’appel du pays a été le plus fort pour Matthew Edwards et le retour à Birmingham s’est imposé. Le disque s’achève sur un hommage émouvant à son père récemment disparu.  ″We think the world of you″ répète-t-il ad-lib, comme un mantra. Nous aussi, pensons le plus grand bien de vous, cher Matthew, sachez-le !

Matthew Edwards and the Unfortunates…  S’il y a des malchanceux cela n’est certainement pas nous autres, auditeurs, qui avons le bonheur d’écouter ce merveilleux album, nouvelle signature de December Square qui prouve une fois encore que le menu proposé par cette maison de musique est bien alléchant. Dinner’s ready !

Tracklist
Beside Myself
Bad Design
Anthony Bold
Desire Is A Witch
The Sons Of Marxist Fathers
The Birmingham Poets
California, Can You Wait?
Our Boldest Daughter
The Rag Trade
10- We Think The World Of You

Discographie
The Fates (2014)
Folklore (2017)
The Birmingham Poets (2019)

www.matthewedwardsandtheunfortunates.com
www.december-square.com/matthew-edwards-and-the-unfortunates

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. Accepter Lire plus