Lloyd Cole – Guesswork

(Ear Music)

Certains disent que le temps est assassin et que les héros sont fatigués… Et soudain au milieu de l’été, Lloyd Cole apparaît avec Guesswork, douzième album solo, chez Ear Music, label bien nommé tant la musique qui s’écoule sur ces huit titres sonne douce à nos oreilles. Le beau portrait qui illustre ce Lp est le témoin du temps qui passe. Le bellâtre à la moue boudeuse de l’album Lloyd Cole en 1990 a fait place à un homme d’âge mûr. Le cheveu a blanchi, la silhouette et les traits se sont alourdis mais dès la première écoute, on se dit que la grâce est toujours là, intacte. Passée la surprise des arrangements électroniques (″mais, bon sang ! Où est passée la Rickenbacker sautillante ?″) sur lesquels des guitares viennent de temps en temps se poser (″Ah, quand même !″), on se rend vite compte que le chanteur lettré, ancien étudiant en philosophie, tient toujours la dragée haute à ses concurrents comme au mitan des eighties. La voix (avec un léger vibrato dans les aigus ? Et alors ? N’est-ce pas la marque des vrais crooners que de laisser paraître leurs faiblesses ?) immédiatement identifiable, est identique à celle qui nous demandait il y 35 ans “Are you ready to be heartbroken ?”. Le jeune homme d’alors chantait les préoccupations et les affres de son âge.

Lloyd Cole Aujourd’hui, à 58 ans, les intérêts se sont recentrés sur un homme qui assume qui il est et ce qu’il est :  “I am a complicated motherfucker” chante-t-il sur Night Sweats. Épaulé par deux ex-The Commotions et par O.L.A.F. Opal responsable entre autres du son de l’album Neon Golden de The Notwist, l’album entier est de très belle tenue. Entre les compositions délicates comme The Over Under et celles plus pop comme Violins ou When I Came Down From the Mountain? jusqu’à l’ambient Remains, son écoute se révèle être très vite addictive.

Lloyd Cole est ainsi  un artiste qui suit une route pavée de pépites qu’il égrène au gré de son cheminement. Ce disque en est une nouvelle preuve. Et si “Manners maketh man” (nos actes font de nous ce que nous sommes), comme l’a écrit l’auteur britannique William Horman, alors Lloyd Cole est certainement un vrai gentleman, au sens propre de l’étiquette pop.

Discographie
Site officiel

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. Accepter Lire plus