Lion in Bed – Lion in Bed

(We Are Unique! Records)

Depuis Saint-Etienne, Lion in Bed signe probablement l’un des meilleurs albums de l’année !

Voilà un lion qui n’a pas été simple à dompter ! La première écoute fut décevante, catégoriquement décevante, même. Mais on ne peut pas être déçu par Mickaël Mottet, ce type est un orfèvre pop, hip-hop, rock, folk, peu importe l’étiquette que l’on va essayer de lui mettre, ce garçon aime toutes les musiques ou presque. On l’a connu chez Angil and the Hiddentracks, chez AWAC (ou Angil Was a Cat), il revient par la fenêtre avec sa compagne Schérazed nous embellir l’âme avec Lion in Bed, un projet à quatre mains et deux voix. Toujours sur le label indépendant We Are Unique! Records, basé à Toulouse et mené passionnément par Gérald Guibaud et Flavien Girard (que l’on retrouve au mix et à la batterie), cet album est d’une inouïe mélancolie, amer sur les tracas du quotidien, toxique sur la vie privée, on ressent la passion des corps, des voix, la sueur à l’ouvrage.

Quel groupe enchaîne tout simplement quatre chansons parfaites ? Sur Our Favourite Fears, le duo se parle et ne s’écoute pas, guitare stridente, batterie en retrait et sourde, le ton monte doucement, d’une affolante sobriété, puis résonne The Back of Your Neck, un classique dès les premières notes avec cette voix nonchalante qui se promène et cette guitare qui monte derrière, discrète mais explosive. On sent l’amour entre eux, il est palpable. Sur There is a Halo, les cordes d’un violon sonnent, celui de Gaétan Dalle Fratte. Une boucle de piano mène le tempo, c’est simple et d’une efficacité bluffante. Puis arrive Sister et sa boite à rythmes, le ton monte, incisif, des souffles, un phrasé venu du hip-hop, mêlé à des accords rock. Ça monte, tout doucement, on se laisse prendre, on est sous le charme, soumis intensément aux notes de Lion in Bed. Sur Manchester Blues, on pense au périple du groupe au cœur de la ville. On ressent chaque coin de rue et chaque décision prise. On aime aussi la simplicité d’un titre comme I Wish I Stayed et le déroulé de son histoire, tout en finesse. L’album se termine sur un Nobody’s Bitch amer, criant, violent.

Un superbe album qui malheureusement, comme d’habitude, passera inaperçu en France car les webzines ou autres magazines musicaux préfèrent mettre en avant des valeurs sûres plutôt que des artistes qui prennent des risques, sortent de l’ordinaire et proposent une alternative qualitative à une bonne flopée de disques plutôt passables venus entre autres d’outre-Manche. Le Lion n’est pas mort ce soir. Bien au contraire, il rugit de plaisir et nous avec.

https://www.facebook.com/lioninbedmusic/
http://www.weareunique.fr/artists/lion-in-bed_34/

Discographie
Lion in Bed (2018)