Les Secrets les Mieux Gardés de la Pop (15) : Sofa City Sweetheart

Si vous cherchez sur internet des informations sur Juan Antonio Lopez, vous tomberez surtout sur un boxeur mexicain et un coureur cycliste espagnol. Celui que j’ai eu le plaisir d’interviewer est homme orchestre. Il est l’incarnation d’un groupe à lui tout seul, Sofa City Sweetheart, dont le nom est un clin d’œil à une scène du film Sixteen Candles. Juan est également auteur-compositeur, ingénieur du son et producteur. Alors qu’il vient tout juste de sortir un nouvel album, Super(b) Existos, comme il l’explique lui-même « celui qu’il aurait voulu faire si c’était le dernier », Juan a répondu avec humour à nos questions : sur ses influences musicales, sa passion pour le Lindy Hop, les jeux vidéos un peu rétros ainsi que ses projets pour les dizaines de chansons qu’il a dans ses tiroirs.

Bonjour Juan, est-ce qu’il y avait beaucoup de musique à la maison ?
Beaucoup (en français dans le texte) ! Mon père était un musicien de musique latine traditionnelle, il jouait plein de styles différents, du trio, du boléro, et ma sœur m’a fait connaître plein de New Wave des années 80 et de grunge/alternative des années 90. Mon frère était DJ dans les années 80 et 90, il y avait donc aussi beaucoup de hip hop/rap/house a la maison. Un mix très intéressant, qui m’a permis d’absorber énormément d’influences différentes.

 

Est-ce que tu as un hobby quand tu ne fais pas de musique ?
Oui ! J’adore danser le swing, c’est une autre de mes passions depuis plusieurs années maintenant. J’ai fait partie d’une équipe de danse, j’ai fait des compétitions et j’ai enseigné le Lindy Hop (danse de rue qui s’est développée dans la communauté noire-américaine de Harlem vers la fin des années 1920). Je me concentre plus sur la musique aujourd’hui mais j’essaie de trouver du temps pour danser dès que je peux. J’aime bien aussi les jeux vidéos, en particulier les jeux rétros ou les classiques. Je défie quiconque en train de lire cette interview de me battre à Smash Bros !

 

Est-ce qu’il y a un artiste vers lequel tu reviens toujours quand tu ne vas pas trop bien, qui te fait un câlin musical ?
Il y en a plusieurs mais le premier qui me vient à l’esprit est Grandaddy. J’ai moi-même dû combattre une dépression et j’ai ressenti en les écoutant qu’ils avaient dû passer par là aussi. Il y a tellement de tristesse dans leur musique, mais également beaucoup d’espoir. Leurs albums étaient là quand j’étais triste et j’en suis très reconnaissant. J’aimerais faire un câlin à Jason Lytle.

Quel a été le premier album que tu as reçu comme cadeau ?
Mon frère et ma sœur m’en ont beaucoup offert. Je pense que ma première cassette « single » était celle de Fast Car de Tracy Chapman, qu’ils m’ont offerte quand j’avais 5 ans, c’était ma chanson préférée à l’époque. Plus tard, ma sœur m’a acheté mon premier lecteur de CD et les deux premiers albums que j’ai eus étaient Substance de New Order et Insomniac de Green Day. Je les ai toujours.
Est-ce que tu as un endroit, un moment et un instrument favoris pour composer ?
Non mais ça arrive plutôt tard le soir. Le truc cool avec la composition de chansons, c’est que ça peut se produire à n’importe quel moment, à n’importe quel endroit, indépendamment de ce que tu es en train de faire. Tu dois juste être prêt quand ça arrive.

Tu commences par les chansons ou le concept de l’album ?
En général, les chansons arrivent en premier, après je les réécoute toutes pour essayer de savoir lesquelles vont le mieux les unes
avec les autres et forment une famille. Parfois, certaines chansons sont faites pour être associées, d’une manière très naturelle, non forcée, et c’est le top !

Sofa City Sweetheart

Tu viens tout juste de sortir ton nouvel album, est-ce que tu penses déjà au successeur ?
Toujours. Je suis en ce moment même en train de revenir sur des centaines de démos que j’ai stockées depuis quelques années et j’essaie de voir quel sera le pas suivant. J’ai plusieurs pistes, je crois que je vais sortir quelques singles par ci par là, mon dernier album m’a pris trop de temps !

 

Est-ce que tu vas venir en France ?
J’espère vraiment (en français dans le texte) ! J’ai été dans plusieurs régions de France, mais seulement en touriste. J’adore votre pays et j’aimerais vraiment pouvoir y jouer bientôt. Fais moi la liste des meilleurs endroits !

 

Quelle est la question qu’on ne t’a jamais posée et qu’est-ce que tu répondrais ?
Qu’est-ce que tu as ressenti quand tu as finalement été élu l’homme le plus sexy au monde ?

Laquelle de tes chansons est-ce que tu aimerais que j’utilise pour illustrer cette interview ?

Je dirais The Same Old Song, Gwen, ou Stop the Thinking, je te laisse choisir.

Discographie 

Sofa City Sweetheart (2008)
The J. Lopez Collective (2010)
Super(b) Exitos (2019)

sofacitysweetheart.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. Accepter Lire plus