Les Secrets les Mieux Gardés de la Pop (10) : Garden Gate

Tim Meskers est l’homme-orchestre et la tête pensante des White Candles, de Brown Recluse et de Garden Gate, dont le dernier EP est sorti en septembre 2018. Il nous a parlé de ses projets de comédie musicale, de tarot, du nain Tracassin, de Margo Guryan, de Doris Previn et de Jean-Claude Vannier.

Bonjour Timmi, comment est-ce que tu te présenterais ?

Une femme (en français dans le texte) timide, qui vit pour ses chats et ses plantes d’intérieur. Aficionado du style des Sixties, qui adore se faire des playlists pour la route, qui collecte des ustensiles de cuisine à l’effigie de Baba Yaga (une sorcière de la mythologie slave) et de vieux claviers, qui aime la Nature mais trouve les hautes températures intolérables, qui a beaucoup de mal à savoir s’il préfère le chocolat noir ou le chocolat au lait, dont la coupe de cheveux ressemble à celles des photos de Jane Fonda et de Dusty Springfield aux alentours de 1968, qui vit à l’ouest de PhiladelphiE avec son incroyable compagnon/collaborateur et leurs deux fabuleux chats.

Où es-tu né ? 

Dans une petite ville du New Jersey, un État sur la côte Est des USA.

Garden Gate
Tim Meskers & Mr Stine (© Laurent Klein)

Est-ce qu’il y avait beaucoup de musique à la maison ?

Beaucoup ! Mon père avait une platine, je me revois en train de fouiller dans ses albums ! On écoutait de la musique avec des amis de la famille (en particulier toutes les K7 de mon père sur lesquelles il avait minutieusement écrit au stylo le nom des artistes qu’il avait sélectionnés et les différentes versions des chansons). Quand j’étais enfant, mon père mettait les 45 tours des chanteurs de la « British invasion ». L’un de mes premiers émois musicaux, c’est la chanson des Zombies Tell Her No et il y avait aussi No Milk Today de Herman’s Hermits.

Quelle a été la réaction de tes parents quand ils ont su que tu voulais devenir musicien/chanteur ?

Ils m’ont toujours beaucoup soutenu dans toutes mes démarches artistiques, que ce soit au niveau du style, de la production, sur scène, c’est eux qui m’ont acheté ma première guitare et ont payé mes cours de musique. Ils continuent à soutenir mon travail et ont toujours compris l’importance de la créativité pour mon bien-être général.

Est-ce que tu aurais une petite anecdote d’enfance qui te caractérise bien ?

J’ai toujours été attiré par la musique et je me souviens que j’étais complètement fasciné par le micro et le combo lecteur de k7 de mon voisin. Pour mon premier « premier rôle » sur scène, quand j’étais au jardin d’enfant, je devais avoir 5 ans, je jouais le personnage principal du Nain Tracassin (conte popularisé par les frères Grimm), je me revois en train de fondre en larmes pendant le dénouement, en même temps que je hurlais : « C’est le diable qui m’a poussé à faire ça ! »

Est-ce que tu pourrais me donner deux chansons qui te touchent vraiment et m’expliquer ce qui t’émeut autant ?

Take a Picture de Margo Guryan. Cette chanson a tout, les paroles, la mélodie, les arrangements ! J’adore les orchestrations ornementales, et son côté pop baroque me fend le cœur à chaque fois que je l’entends. Il y a aussi The Lady with the Braid de Dory Previn, un autre truc de dingue, des paroles géniales, des cordes délicieuses, un chef d’œuvre de pop vaguement mélancolique!

Quel a été le premier disque que tu as reçu en cadeau ?

C’était un 45T de la chanson du dessin animé Monster Mash, offert par mes parents, qui continue sans doute à dicter mon esthétique plus que je ne le pense ! Je l’écoutais sur un tourne-disque portable Fisher Price.

D’où vient le titre en français de la chanson Tire-Moi de mes rêves de ton groupe White Candles ?

On s’est inspirés d’arrangements de producteurs français, en particulier ceux de Jean-Claude Vannier pour Serge Gainsbourg et je pense que c’était une sorte d’hommage que de lui donner un titre en français. Je souffre de migraines et il m’arrive parfois, quand c’est très violent, de me retrouver dans un état semi comateux. Si je me souviens bien, cette chanson me décrit en train de fermer les yeux à cause d’une migraine sur le siège passager d’une voiture au beau milieu d’un orage. Je crois que c’est notre ami Nikki qui a trouvé ce titre.

Quelles sont les chansons vers lesquelles tu te tournes quand tu ne te sens pas au top de ta forme ?

Different Drum des Stone Poneys (groupe dont la chanteuse était Linda Ronstadt) et la version de Judy Collins de Both Sides Now sont des chansons qui m’apportent énergie et inspiration, ce qui n’est sans doute pas surprenant, étant donnée ma prédilection pour les arrangements baroques insensés, les paroles pleines de sens et les voix charismatiques. Ces deux chansons sont pour moi des chefs-d’œuvre !

Est-ce que tu as un instrument de prédilection pour composer ?

J’avais l’habitude de ne composer qu’à la guitare, puis j’ai vécu une expérience singulière avec un medium qui m’a annoncé que j’avais été dans une vie antérieure un organiste français du 15ème siècle nommé Guillaume. Je ne suis pas sûr de ma position à cet égard mais je me suis mis au piano après ça et depuis j’écris exclusivement mes chansons au clavier, depuis l’album Dark Harvest (de Garden Gate). J’ai d’abord composé sur un Yamaha Clavinova et un Wurlitzer 200A mais mon chéri a accepté de me prêter son piano droit Howard et c’est depuis mon jouet préféré pour chercher des accords. Le prochain album de Garden Gate comptera des morceaux écrits sur ces trois claviers, à trois endroits différents !

Est-ce que tu as un moment privilégié pour composer ?

Je préfère écrire le soir ou tard dans la nuit. Comme je suis un esthète, je m’entoure de fragrances et de bougies qui créent l’ambiance et mes studios d’enregistrement sont toujours décorés de manière assez vive pour ne pas dire criarde. Si possible avec une petite brise d’automne mais ce n’est pas une obligation ! Je trouve que le tarot est un compagnon d’écriture utile, suivant la manière dont les cartes sont disposées tu obtiens une lecture différente, ça me sert quand parfois je bloque sur les paroles d’une chanson !

Garden Gate

De quoi aimerais-tu parler pour conclure cette interview ?

La musique et l’art ont été une forme essentielle de thérapie pour moi et je suis reconnaissant quand des gens prennent un peu de leur temps pour m’adresser un mot gentil ou me permettre d’avancer en achetant ma musique en ligne ou pendant les concerts ! C’est difficile à croire mais ça fait 20 ans que je fais de la musique et c’est extrêmement gratifiant pour moi de me replonger dans mes enregistrements plus anciens et réaliser à quel point mon style a changé et évolué en même temps que moi-même (de White Candles à Garden Gate en passant par Brown Recluse)! J’ai également essayé d’étendre ma palette en sortant un peu de ma zone de confort, alors qui sait ce que le futur me réserve ? Je travaille actuellement sur divers projets, comme par exemple ma première comédie musicale, et je suis vraiment aux anges de collaborer avec des artistes si talentueux, l’excitation est à son comble !

Laquelle de tes chansons aimerais-tu qu’on utilise pour illustrer cette interview ? 

Moonchild de Garden Gate.

 

https://gardengate.bandcamp.com/

 

Discographie sélective:
Garden Gate
Dark Harvest (2016)
Flower Crowns (2018)

Brown recluse
Black Sunday (2006)
Evening tapestry (2011)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. Accepter Lire plus