JAK’S – Interview

Depuis que le rock garage français s’est décomplexé à la faveur d’une scène qui n’en finit plus de se renouveler, pullulent les jeunes formations qui font feu de tout bois et sortent à rythme effréné, souvent dans la confidentialité la plus infondée d’ailleurs, des enregistrements d’une pertinence et d’un maturité avérée. C’est le cas de JAK’S, trio grenoblois qui produit un power pop garage assez efficace, récemment mise en boîte et qui vient de sortir Act 1, EP de six titres, constituant le premier tome de ses aventures. Avec son riff de guitare accrocheur, c’est assurément Let me go away qui fait figure de passeport parmi les autres compositions livrées, bien que le disque ne démérite à aucun moment, porté par une spontanéité juvénile qui fait du bien à entendre. Rencontre.

 

Pouvez-vous présenter le groupe en quelques mots ?

On s’appelle JAK’S, on vient de Grenoble et nous sommes un groupe de Garage Powerpop. Dans la vraie vie, nous nous appelons Joris, Olivier et David.

Quelles sont vos origines géographiques et en quoi votre ville vous a-t-elle inspiré ?

Nous sommes tous basés aux alentours de Grenoble. C’est une ville très étudiante avec un passif très rock. Il y a eu les Batmen, les Teen Appeals, les Roxettes, Firecrackers, etc… qui sont des groupes que nous avons et que nous continuons à beaucoup écouter.
Ça influence incontestablement notre musique. Qui plus est, l’underground a une place très importante à Grenoble, il n’y a pas vraiment de structure dédiée à l’émergence d’artistes même si cela arrive peu à peu. Nous sommes dans une période où les lieux pour se produire ferment plus qu’ils n’ouvrent et cela pousse les artistes à se serrer les coudes, et ça c’est également super inspirant artistiquement mais surtout humainement.    

Comment vous répartissez vous les compositions ? 

Pour ce qui est de la composition c’est quelque chose d’assez mouvant chez nous. Nous avons voulu essayer plusieurs manières de travailler. Tout le monde participe à la composition de près ou de loin. Dernièrement, nous avons pas mal composé à distance (même avant le confinement), sous forme de démos faites sur GarageBand. Ça nous permet d’avoir un « squelette » un peu plus abouti des morceaux. Nous nous faisons régulièrement des retours sur ces démos pour y instaurer une ligne directrice et, ensuite, nous les travaillons en répète. Nous n’avons pas de « schéma » précis, ça peut partir d’un riff, d’une mélodie de voix…
Nous tenons, tout de même à laisser beaucoup de place à la spontanéité dans notre approche, c’est pour cela que nous retravaillons les morceaux tous ensemble pour que chacun se sente, le plus possible, en phase avec ses parties et les chansons.   

 

JAK’S

Vos influences ?

Nous écoutons beaucoup de musique, ensemble ou chacun de son côté ! Notre musique fait référence aux groupes de garage, pop, punk et surf actuels ou ″old school″ car notre éducation musicale a été énormément axée sur ces groupes là mais heureusement nous n’écoutons pas que du rock. Du moment que la chanson, le son, les paroles nous procurent des émotions nous y accordons de l’attention. Il y a du bon à prendre partout ! 

Que vous apporte le confinement et quelle est la première chose que vous allez faire en sortant ?

Ça nous apporte énormément de temps pour faire des choses que nous mettons de côté habituellement. Je dirais que c’est quelque chose de plutôt positif pour nous de ce point de vue-là car nous nous sommes aperçus que nous avions tendance à négliger beaucoup d’aspects importants. Cependant, ça nous fait aussi très mal au cœur et peur de voir tous ces bars, festivals, salles, etc… être dans l’obligation d’annuler tous leurs  événements. Nous prions pour que toutes ces entités puissent surmonter tout ça ! En sortant du confinement, nous irons sûrement répéter. Ça nous manque énormément de ne pas pouvoir jouer ensemble. Nous avons hâte aussi que les bars et restaurants ré-ouvrent, pour aller se boire une bonne pinte tous ensemble ! 

Avec quel groupe aimeriez-vous partager la scène ?

Il y en a beaucoup ! Il y a plein de groupe qui nous inspirent et que nous avons ou que nous aimerions rencontrer un jour. Des groupes comme : Shame, Twin Peaks, Together Pangea, Skegss, Black Lips, Alvvays, Crocodiles… La liste est longue. Il y aussi de supers groupes français tels que : Fabulous Sheep, MNNQNS, Johnny Mafia, Rendez-vous, BOPS, Camden Supernova, Clavicule, Migrän, Beach Scvm, etc… que nous adorons ! Ce serait un honneur de pouvoir partager ou repartager la scène un jour avec ces groupes-là. 

Où et comment enregistrez-vous ? 

Nous avons enregistré Act 1 chez notre ancien bassiste (Romain Da Silva) dans sa chambre. Il a de bonnes connaissances en son et à réussi à chopper un peu de matériels en plus de ce qu’il avait déjà. C’était pour nous l’occasion d’enregistrer notre premier EP, et d’avoir des supports audio plus propre que les démos que nous avions réalisées précédemment. Nous avons enregistré la partie instrumentale de l’EP en ″live″, puis nous avons enregistré les rajouts et les voix séparément. C’était une méthode d’enregistrement que nous souhaitions essayer, car nous voulions retranscrire l’énergie que nous essayons de mettre en concert sur CD. Cet EP nous a permis d’apprendre, en termes de production, de jeu ou encore d’organisation… c’était une superbe première expérience. Ça nous a fait grandir sur pas mal de points. 

 

Jak's - Act 1

 

Quel est celui qui a le plus mauvais caractère ? 

Ah ah ! Très bonne question… C’est vrai que notre dernière tournée a été quelque chose d’enrichissant sur le plan ″humain″.
Nous avons appris à nous connaître, nous avons vécu beaucoup de choses ensemble, des déceptions comme des joies. Chacun a découvert des nouvelles facettes des autres, qu’elles soient plaisantes ou non. Nous aimons bien rigoler ensemble, mais pour ce qui est du projet nous tenons à faire les choses correctement. Nous n’hésitons pas à nous dire les choses, qu’elle soient bonnes ou mauvaises. Nous pouvons donc dire que nous avons tous les trois un mauvais caractère, tout dépend du moment, haha ! 

Comment avez-vous choisi votre nom ? 

Rien de très original pour le nom ! C’était juste avant notre tout premier concert à Grenoble. C’était dans une salle qui s’appelle l’Ampérage, pour une soirée découverte du mois. C’est un concert qu’ils organisent tous les derniers mercredis de chaque mois où trois groupes locaux sont programmés. Nous avons pris les initiales de chaque membre puis nous les avons fait tourner un peu dans tous les sens, ce qui a amené au nom « JAK’S ».

Quel sera votre credo en 2020 ?

L’année 2020 est déjà pas mal entamée et la quasi-totalité de nos concerts ont été sans surprise annulés. Nous allons en profiter pour bosser de nouveaux morceaux, bosser notre son, et pleins d’autres choses… Nous voulons prendre le temps de bien faire les choses. Nous avons la volonté d’apprendre et de progresser ! 

Propos recueillis par Christophe David

 

Bandcamp
Facebook
Soundcloud

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. Accepter Lire plus