FUGU – As Found

(Third Side Records 2005 / Réédition WW2R 2020)

Réédition en grande pompe d’un trésor caché de la pop française.

Il est à la recherche du nombre d’or pop. C’est sa quête. Mehdi Zannad est, nous le savons, un grand édificateur pop, passé maître dans les constructions musicales chatoyantes. Cela fait maintenant 25 ans qu’il nous ravit, se posant comme l’un des meilleurs artisans pop de son époque, que ce soit en solo, au sein de Fugu, ou encore de The Last Detail, le duo formé avec Erin Moran, auteur d’un des plus beaux disques de 2018. Son œuvre n’est pas nécessairement pléthorique : des singles, deux albums de Fugu, un album solo, l’album de The Last Detail et deux musiques de film pour Serge Bozon (La France et L’Architecte de Saint Gaudens). Mais le niveau est toujours stratosphérique.

Le label We Want to Wecord, qui avait déjà réédité de fort belle manière Fugu 1 il y a 4 ans, a l’excellente idée de renouveler l’exercice en ressortant en vinyle le deuxième et – pour le moment – dernier album de Fugu, As Found, sorti en 2005, et introuvable depuis lors. Cette nouvelle version comprend, outre l’album original dont le son a été retravaillé et dépoussiéré, l’ensemble des titres en versions démos, ainsi que plusieurs raretés. Autant dire, un vrai régal. Et l’occasion pour nous de nous replonger dans ce que Christophe Conte décrivait comme « ce que la pop française anglophile a généré de plus gracieux au cours des années 2000 ».

Fugu 1 était un bijou pop, très arrangé, rempli de cassures rythmiques audacieuses, très influencé par les visions musicales de Brian Wilson période 1966-67 (Pet Sounds et Smile), des Beatles deuxième période ou encore de The Left Banke, le triumvirat d’obsessions de Mehdi Zannad, qui résonnaient en lui comme des échos de la musique de Bach : l’évidence apparente, la complexité sous-jacente et la perfection technique.  Les chansons d’As Found sont plus accessibles que celles présentes sur le premier album ou sur les très beaux premiers EP. Si l’ombre des Beach Boys est encore présente dans As Found, ce sont davantage les merveilleux albums Wild Honey, Friends ou Sunflower qui viennent à l’esprit : moins torturés et complexes harmoniquement, plus immédiats et solaires. L’influence des albums solo d’Emitt Rhodes est indéniable, tout comme celle du complice de Mehdi, John Cunningham et ses « symphonies de poche », ou encore la power-pop et la pop bubblegum. Mais simplicité n’est pas simplisme, et la musique d’As Found reste éminemment sophistiquée.

(DR)

La voix est beaucoup plus affirmée, en avant, qu’elle ne l’était sur le premier album. Moins orchestrale, la musique d’As Found se déploie comme une successions de hits potentiels, rappelant le meilleur de Ron Sexsmith, Ben Kweller, des Shins ou de The Thrills, si l’on reprend les disques marquants de ce mi-temps des années 2000. Mehdi s’exposera encore un peu plus vocalement en 2011 dans son premier album sous son nom, Fugue, sur lequel il chantera pour la première fois intégralement en français. As Found constitue donc une étape d’affirmation personnelle pour l’artiste.

Si Jérôme Didelot, d’Orwell, avait été le compagnon de route des premières années de Fugu, Mehdi a reçu pour cet album l’aide de ses amis de Tahiti 80, et plus précisément de Xavier Boyer. La dynamique du groupe, entièrement dédié aux morceaux de Mehdi Zannad, et le travail « live en studio » réalisé par les musiciens, donnent une luminosité et une évidence incroyable à chacun des 12 morceaux de cet album. Tim Keegan, leader de Departure Lounge, a également co-signé les textes de quelques titres du disque. A l’exception du morceau de clôture, She’s Coming Over, aucun des titres ne fait plus de quatre minutes, mais ils regorgent d’idées mélodiques.

Mehdi Zannad a ce sens inné de la mélodie à la fois complexe et accessible, en faisant ainsi un de ceux qui ont le mieux compris les travaux des Beatles, des Beach Boys, des Zombies ou de Curt Boettcher qui puisaient dans les musiques passées pour les transformer, et créer une musique grande et belle. Ce n’est pas tant la reproduction du son de ses maîtres qui obsède Mehdi, mais la démarche artistique alliant tradition et modernité.

Les échos du passé glorieux de la pop (le mellotron sur Blackwall et Civil Rights, le phasing sur la guitare dans Hold It Tight), sont utilisés pour créer une musique sans âge, portée par la seule beauté formelle et émotionnelle. La ligne claire de la Pop. Le morceau d’ouverture, Here Today, qui débute par la voix de Mehdi – preuve encore une fois de la manière dont le groupe qui l’accompagne le met en confiance et l’amène à se livrer au micro – est une perle d’évidence, où les harmonies vocales sublimes viennent s’enrouler sur le jeu au cordeau du groupe.

Les  ballades au piano sont sensationnelles : The Flow (dont la démo, et son harmonium, rappelle l’ambiance du Til I Die des Beach Boys) est parfaite ; Straight From the Heart s’impose comme un classique dans la lignée de Carole King ou Laura Nyro. Des morceaux comme Civil Rights laissent pantois : la guitare est acérée, le riff est nerveux sur les couplets, quand soudain le refrain / pont (qui n’était pas encore présent sur la démo) surgit en une explosion pop incroyable, rappelant le meilleur de Big Star, des Raspberries ou de Badfinger, ces pères fondateurs d’une power-pop parfaite.  Le tout en moins de 2mn30. Comme les Kinks en 1966.

Les démos de l’album sont incluses dans cette réédition, réalisées exclusivement par Mehdi Zannad, révélant (comme on s’en doutait), le soin quasi-maniaque du détail (the last detail, n’est-ce pas…) apporté par l’artiste. Portées par la fascination de Mehdi pour l’album éponyme d’Emitt Rhodes et « McCartney », deux albums où les artistes réalisaient tout eux-mêmes, les démos sont effectivement très élaborées, à l’image de celles de Pete Townshend pour les Who, notamment pour les chœurs et les parties de piano (à titre d’exemple, la démo Straight From the Heart est quasiment identique à la version de l’album). Elles permettent également de mettre en lumière le grand travail de « libération » des morceaux réalisé par le groupe en studio, les faisant respirer et se déployer totalement. S’y ajoutent deux raretés, tout aussi indispensables : Baby, qui était présent sur la version japonaise de l’album, et Morning Sun, présent sur le split Single Chinatown réalisé avec Tahiti 80.

Tandis qu’il travaille actuellement sur la bande originale de Don Juan, le prochain film de Serge Bozon, nous ne cessons de découvrir – ici encore grâce à cette réédition exemplaire et incontournable – les trésors cachés contenus dans l’œuvre exigeante de Mehdi Zannad, l’un des derniers à estimer que la musique vaut qu’on la fasse pour elle-même.

Tracklist
Here Today
You Pick Me Up
Blackwall
Civil Rights
Straight From the Heart
A Bigger Splash
I Give Up
Parking Lots
Hold It Tight (Don’t Lose It)
People
The Flow
She’s Coming Over

Discographie
Fugu 1 (2000)
As Found (2005)
Pardon My French : Singles 1996-1998 (2018)

Bandcamp

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. Accepter Lire plus