Frontperson – Frontrunner

(Oscar St. Records)

Accueillant, respirant la complicité, le premier album de Frontperson est un disque à l’allure modeste, mais qui abrite en son sein des compositions d’une finesse rare.

Trop souvent employé à tort et à travers, le terme de « supergroupe » prend en revanche tout son sens lorsqu’il s’agit d’évoquer The New Pornographers. L’endurante formation power pop canadienne s’est en effet toujours présentée comme le résultat d’une authentique convergence artistique plutôt que comme l’addition opportuniste de talents sans liens avérés. Aux côtés du maestro Carl « AC » Newman, on y retrouve bien entendu le Destroyer en chef Dan Bejar, ainsi que la rousse incendiaire du folk nord-américain, Neko Case. Mais derrière ce trio de première ligne, The New Pornographers compte aussi un élément de plus en plus actif et influent, la claviériste-vocaliste Kathryn Calder. Ancienne membre d’Immaculate Machine, la demoiselle a intégré les rangs des New Pornographers en 2005, pour l’indispensable Twin Cinema. Elle est également l’auteur de trois albums en solo et gère son propre label, l’indépendant Oscar St. Records, basé à Vancouver.

Mark Hamilton est l’éminence grise de Woodpigeon, un collectif originaire de Calgary dont les compositions foisonnantes, qui balancent entre indie folk et pop baroque, font régulièrement jeu égal avec des pointures internationales telles que Belle & Sebastian, Iron & Wine, Sufjan Stevens ou The Leisure Society. Actif depuis le milieu des années 2000, Woodpigeon a tout d’un secret trop bien gardé. Il suffit pourtant de se frotter aux orchestrations habilement sophistiquées de Die Stadt Muzikanten (ndlr. un troisième album choisi totalement au hasard, tant chacune des pièces de leur discographie trop peu explorée mériterait que nous cassions notre tirelire), pour s’apercevoir que ce garçon est fait pour jouer dans la cour des grands. Hélas, le peu d’écho rencontré par son dernier essai en date, l’ardent TROUBLE (2016), n’a fait que confirmer le peu de considération que ses contemporains témoignent depuis le début à ce songwriter raffiné et ambitieux.

Calder et Hamilton ont fait connaissance dans les couloirs d’un studio d’enregistrement et, dès les premiers accords de U.O.I, la pertinence de leur union musicale ne fait aucun doute. Sous la férule du producteur Colin Stewart (Black Mountain, Dan Mangan), les deux amis ont su fusionner leurs univers respectifs en un tout cohérent et original. Accueillant, respirant la complicité, le premier album de Frontperson est un disque à l’allure modeste, mais qui abrite en son sein des compositions d’une finesse rare. Franchement pop sur le single Tick-Tock (Frontrunner), le tandem est encore plus irrésistible lorsqu’il insiste sur les nuances (les cordes magnétiques du très beau He Follows Me), tandis que certains titres interprétés par Kathryn Calder (Young Love, Long Night) évoquent le folk-rock minéral de la grande Laura Veirs. Habitués à évoluer au sein de formations nettement plus élargies, les Canadiens goûtent ici au plaisir simple du dialogue à deux voies. Plus qu’un supergroupe, Frontperson est donc vraiment un superduo.

https://frontperson.bandcamp.com/

Photo : Marie-Lyne Quirion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. Accepter Lire plus