Florilège #013

Parce que la planète pop ne s’arrête jamais de tourner, les rédacteurs de Fanfare vous proposent de découvrir une sélection express de leurs derniers coups de cœur…

Balthazar – Fever
Balthazar est à savourer en prolongeant la galette des rois jusqu’au 25 janvier, quand paraîtra le nouvel album des Belges, Fever. Le tempo chaud, la basse bouillante, les harmonies soul pop sensuelles sur la voix dandy de Maarten Devoldere, le violon de Jinte Deprez, la basse monumentale de Simon Casier et la batterie de Michiel Balcaen montrent un disque solide. Un petit chef-d’oeuvre en guise de quatrième album chez PIAS. (MAH)

Tim Carr – Long Enough Along For The Ride 
Musicien de l’ombre entrevu aux côtés de Lucinda Williams, Devandra Banhart ou Julian Casablancas, le multi-instrumentiste Tim Carr vole de ses propres ailes avec un EP paru à l’automne, Swing & Turn. Le Californien revendique les influences conjuguées des compositeurs romantiques français et de la pop des années 60. Le mélange peut paraître audacieux mais, à l’image de ce Long Enough For The Ride à la mélancolie solaire, il tient toutes ses promesses. (JS)


Crocodylus – My Baby

Sel, soleil, sentiments, le trio garage-pop de Sydney Crocodylus propose ce cocktail rafraîchissant avec ses guitares jangles, mods, des envolées ou des descentes pop à faire tourner la tête. Ils signent deux singles en 2018, assez différents, dansants, surprenants pour leur jeune expérience afin d’attiser la curiosité. Les Australiens Josh Williams, Stephen Sacco et Mikel Salvador délivrant My Love au printemps, puis My Babe en fin d’été (avec ses ‘hoo hoo’ façon Pixies sur l’harmonica façon Dylan), déroulent deux titres psychédéliques efficaces et prometteurs. A suivre. (MAH)


Eerie Wanda – Moon 

Née en Croatie mais établie à Amsterdam depuis l’enfance, Marina Tadic se cache sous le nom d’Eerie Wanda pour concocter des chansons folk hantées, qui ne s’embarrassent d’aucun artifice. Annonciateur d’un deuxième album enregistré à distance avec ses deux acolytes Jasper Verhulst et Jeroen de Heuvel, Moon est une caresse envoûtante et minimaliste, susurrée d’une voix aussi troublante qu’énigmatique. (JS)

EggS – I fell in Love 
Le 12 décembre dernier, on reçoit un mail du label Howlin’ Banana Records, nous disant d’écouter rapidement ce groupe français et son premier EP. Si l’on aime Guided by Voices, Television Personnalities ou bien The Dentists, nous devrions les apprécier. La première référence qui nous est venue en écoutant I Fell in Love, ce sont les New-Yorkais de Clap Your Hands and Say Yeah.  Chaloupé, délicieusement pop et suffisamment garage pour nous séduire : un véritable coup de foudre à découvrir d’urgence. (CD)


Esperi – Fallon

Nous avions découvert Esperi, le projet de Chris James Marr, multi-instrumentiste de talent, avec son album In a Moment, Emotion, Sentment paru en 2012. Une musique electronica/folk mélancolique avait bercé cette année. En 2014, il y avait eu Seasons,son deuxième album. Depuis, il nous avait perdu mais on a la joie de le retrouver pour ce joli hommage à sa chienne disparue, Fallon. C’est bien entendu chargé d’une émotion palpable, c’est touchant et la fidélité d’un chien est éternelle envers son maître, l’homme n’est jamais (rarement) déçu par son animal de compagnie alors que nous sommes souvent déçus par le comportement des hommes. RIP Fallon, merci Esperi ! (CD)


Martin Frawley – Chain Reaction

Membre du fameux groupe de Melbourne The Twerps, Martin Frawley offre un single détonnant ce début janvier 2019, annonçant l’album à venir pour le 22 février prochain. Premier single paru, You Want Me, dans les oreilles depuis des mois, envoûtant, hérissant l’épiderme avec son parler romantique, son alliage piano- basse- guitare, se suffisait à lui-même pour nous faire trépigner d’impatience. Le deuxième titre offert (End of the Bar) mettait plus que l’eau à la bouche et depuis quelques jours, la parution du troisième morceau Chain Reaction, avec son panache pop, remet une dose d’ardeur à l’attente. (MAH)


Steve Gunn – Vagabond

Tel Buzz l’éclair qui ferait un aller-retour en une nuit à Austin pour dévaliser un magasin de guitares, le New-Yorkais Steve Gunn revient ce 18 janvier 2019 avec son nouvel album The Unseen In Between. 13ème album qui suit Eyes On the Lines paru en 2017, la météorite pop est annoncée depuis novembre avec les deux singles New Moon et Stonehurst Cowboy. Le ranger de Brooklyn, guitariste occasionnel de Kurt Vile, lance une nouvelle flèche ce début janvier 2019 avec le single Vagabond et sa mélodie mouvante, énergisante. (MAH)

Gary Olson – The Old Twin
Producteur réputé (Nick Garrie, Kevin Ayers, Crystal Stilts…), l’Américain Gary Olson est d’abord un chanteur-guitariste pop de haut vol, comme il l’a régulièrement démontré à la tête des excellents The Ladybug Transistor. C’est sous son propre nom que le garçon a sorti en 2018 un 45t pour le compte du label allemand Kleine Untergrund Schallplatten (Pale Lights, The BV’s), avant un long format attendu pour le printemps. Enregistré en Norvège, The Old Twin/All Points North est fait pour plaire aux amateurs de pop radieuse à la manière de Belle & Sebastian, The Essex Green ou The Clientele. (JS)

Parsnip – Feeling Small
On adore ce légume d’antan (on traduit « parsnip » par « panais »), remis au goût du jour en France depuis quelques années déjà. Ce quatuor australien signé chez Anti Fade Records propose une musique lorgnant du côté des groupes de filles des années soixante. Un véritable gang qui vous emmène dans leur univers pop et psyché, on tape du pied et on a envie de se trémousser un verre de gin to’ à la main. YEAH ! (CD)


The Seams – Glue

La Jangle Pop est décidément un filon inépuisable. Malheureusement un peu passées sous les radars en 2018, les 25 petites minutes d’Another Side of the Seams, le premier album de cette brillante formation de Toronto, sont un véritable modèle du genre.  Une seule écoute de l’impeccable Glue aura ainsi suffi pour que The Seams emportent définitivement notre adhésion. (JS)


Twink – Brand New Morning

Personnage clé du mouvent psychédélique britannique, ancien membre de Tomorrow, des Pretty Things  ou des Pink Fairies, John ‘Twink’ Adler s’est offert les services des fines gâchettes du label Gare du Nord pour son prochain single à paraître en février. Avec les musiciens de Picturebox et de Papernut Cambridge en backing band de luxe, Brand New Morning est une capsule sonore surréaliste, en liaison directe avec l’âge d’or du Flower Power. (JS)


Jeremy Warmsley – January
Jeremy Warmsley n’est pas un débutant, ni une découverte. Le formidable projet du maestro de Londres est une nouveauté. L’auteur-compositeur de renom pour le cinéma, la télévision, avec à son actif deux albums grandioses et le duo Summer Camp partagé avec Elizabeth Sankey, annonce ce début  janvier son nouveau projet : une chanson chaque mois de l’année. January vient ainsi de paraître, magnifique, garni d’une ambiance douce, d’une voix cristalline et d’arrangements douillets. Absolument subtil et crépitant. (MAH)


YAK – Fried

On est content de retrouver la noise-rock du trio anglais YAK . On a déjà les neurones grillées avec ce Fried d’une folle intensité. YAK sera en concert en France pour le festival Les Nuits de l’Alligator du 18 au 22 février (Paris, Rouen, Clermont-Ferrand, Dijon et, Nancy). Le groupe reviendra pour une tournée française en avril à Amiens, Lille, Reims, La Roche sur Yon… En 2019, on écoutera du YAK et on aura la niaque ! (CD)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. Accepter Lire plus