First Aid Kit – Ruins

(Columbia)

Maturité et introspection au programme du quatrième album des sœurs Söderberg.

Deux voix presque trop belles pour être vraies, des harmonies plaintives taillées pour une B.O de comédie romantique, des photos de presse dignes d’un magazine de mode plutôt que d’une revue musicale : avouons que la tentation est grande d’évacuer sans ménagement le cas First Aid Kit, a fortiori depuis que le groupe a décidé de rejoindre le giron de la major Sony Music. Seulement voilà, en matière de pop, tout est affaire de chansons. Or, nous en avons acquis la certitude depuis que la belle Emmylou est venue nous caresser les tympans, les sœurs Johanna et Klara Söderberg ont dans ce domaine de sacrés arguments à faire valoir.

En dix ans de carrière, le duo originaire de la banlieue de Stockholm a connu une ascension fulgurante, passant de simples vidéos postées sur Youtube à des tournées sold out à travers une Amérique dont le fantasme imprègne depuis toujours chacune de ses compositions. Le succès a pourtant eu des relents amers pour First Aid Kit, terminant sur les rotules l’interminable tournée consécutive à la sortie de son troisième album, Stay Gold (2014). Pour sortir de cette mauvaise passe, les deux jeunes femmes ont alors choisi de mettre le cap sur Portland, dans l’Oregon, afin de confier leur nouvel enregistrement au producteur Tucker Martine.
Tucker Martine, qui a notamment officié derrière la console pour My Morning Jacket, Laura Veirs ou The Decemberists, est devenu en quelques années un personnage clé de la scène alt-country américaine. Sous sa houlette et avec le concours de musiciens dont la crédibilité ne prête pas à discussion (Peter Buck de REM, Glenn Kotche de Wilco, McKenzie Smith de Midlake), First Aid Kit a su se recentrer sur ses fondamentaux, opérant un retour gagnant à l’émotion sans faux-semblant qui distinguait leur meilleur disque à ce jour, le miraculeux Lion’s Roar (2012).

Faussement enjouées sur Postcard et Helm of Her Dress, qui portent haut un classicisme country-folk dans lequel elles ont toujours excellé, Johanna et Klara ont manifestement le moral en berne. Pour autant, les frangines ne semblent pas décidées à mettre entre parenthèses leur statut de groupe populaire. Ainsi Fireworks, beau single rétro nimbé de romantisme adolescent, avec lequel le duo a déjà livré le plus beau slow de l’année 2018.

Avec ce Ruins moins immédiat, plus introspectif et plus profond que son prédécesseur, First Aid Kit vient d’entrer de plain-pied dans l’âge adulte.

Discographie :

The Big Black and The Blue (2010)
The Lion’s Roar (2012)
Stay Gold (2014)
Ruins (2018)

www.firstaidkitband.com

Crédit photo : DR