Eyelids – The Accidental Falls

(Decor Records)

Produit par Peter Buck (R.E.M), le nouvel album parfait d’un ″supergoupe″ pop composé de membres actuels et passés de Guided By Voices, The Decemberists ou Stephen Malkmus & The Jicks.

Commençons tout d’abord par nous affranchir de l’impressionnant CV de cet album. Alors oui, c’est vrai, le groupe de Portland, Oregon, formé de Chris Slusarenko, John Moen et Jonathan Drews, y est accompagné de membres de The Decemberists ou de Guided By Voices, de musiciens qui ont joué avec le regretté Elliott Smith, de Jicks de Stephen Malkmus. Le tout est produit par Peter Buck de R.E.M. et les paroles ont été offertes par Larry Beckett, ami, poète et collaborateur de Tim Buckley, musicien, chanteur folk des 60s et papa de qui vous savez… « Ouf, n’en jetez plus, la cour est pleine ! », pourriez-vous dire… L’atout charme de cet album réside-t-il alors simplement dans ses atours ? La mariée serait-elle trop belle ? Trop de fard sur les paupières et le maquillage peut vite être raté…

Venons-en alors aux 13 chansons. Enchâssées dans des écrins de pure pop à guitare, les paroles de Larry Beckett sont mises en valeur de la plus belle des façons. Posées sur le papier au cours des 40 dernières années, elles sont à la genèse de ce disque et s’intègrent parfaitement aux arrangements et compositions de Eyelids. Dream, le morceau qui ouvre cet album est l’exemple type de l’alliance de la poésie, des guitares ″flower power″ et de voix aériennes. Des titres comme The Accidental Falls, The Minutes, At Sea et 1,2,3 viennent à intervalle régulier rappeler que Eyelids est avant tout un groupe à la fois tonique et très mélodique, qui gagne en puissance et en assurance d’album en album. La patte de Peter Buck y est sans aucun doute pour quelque chose.

The Eyelids

Et c’est lorsque l’on se met (trop facilement) à penser à des similitudes avec le travail des Posies, pour l’efficacité des riffs entêtants notamment, que Eyelids se démarquent et surprennent en reprenant le titre Found at the Scene of a Rendezvous That Failed, co-écrite en 1966 par Tim Buckley et Larry Beckett. Assurément un des sommets de ce disque dont les arrangements ne seront pas sans rappeler ceux de quelques grands faiseurs liverpuldiens bien connus.

Chanceux seront les auditeurs qui tomberont sur cet album par accident, comblés seront les amoureux des groupes de power pop mélodique. Il mérite certainement plus qu’un simple coup d’œil.

Discographie :
854 (2014)
Or (2017)
Maybe More (2018)
The Accidental Falls (2020)

musicofeyelids.com
musicofeyelids.bandcamp.com/album/the-accidental-falls

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. Accepter Lire plus