Death And Vanilla – Are You A Dreamer ?

(Fire Records)

Plus de six ans que Trish Keenan, illuminée chanteuse de Broadcast, véritable visionnaire musicale sachant concilier les plus beaux fantômes du passé et les plus remarquables effets musicaux de notre époque, nous a précocement quittée emportant avec elle les secrets d’une pop résolument moderne. Elle et sa formation s’étaient très vite instaurés en véritable tête de proue d’une mouvance musicale se voulant autant visuelle qu’auditive, audacieuse, se jouant des époques avec une facilité déconcertante. Celle-là même pouvant fédérer autour d’une table trois générations sans qu’aucune ne se sente lésée dans ses inspirations musicales. Si des artistes comme Ela Orleans ou Hewson Chen au travers de son projet The New Lines perpétuent talentueusement cette conception cinématographique de la musique, la formation sur laquelle nous pouvons légitimement reposer nos espoirs afin d’endosser le lourd statut de digne successeur du feu groupe de Birmingham est certainement Death And Vanilla. En effet, ce trio originaire de Malmö, au détour d’une discographie sans faille, construit depuis maintenant près de dix ans une œuvre qui se veut résolument sensitive. Une musique qui non seulement attise l’ouïe mais qui en sus se savoure et se regarde jusqu’à en devenir presque palpable.

Hébergé sur l’excellentissime label Fire Records depuis la sortie du majestueux To Where the Wild Things Are en 2015, Death And Vanilla semblait avoir atteint le point culminant de ce concept autant auditif que visuel au travers de A Score For Roman Polanski’s The Tenant, réappropriation sombre et envoûtante de la bande originale de Philippe Sarde pour le Locataire, chef-d’œuvre du cinéaste franco-polonais. Le défi était donc de taille : ayant atteint les limites d’un genre, comment se réinventer tout en gardant son identité ? Force est de constater que c’est avec beaucoup de maîtrise et d’intelligence que la formation suédoise y est parvenue.

Death And Vanilla - Are You A Dreamer ?

En effet, Are You a Dreamer ?, nouvel album paru le 10 mai dernier, marque une évolution majeure dans l’approche stylistique du groupe. Tout d’abord, de par son titre. Cette question, Marleen Nilsson, Anders Hansson et Magnus Bodin semblent se l’être avant tout posée à eux-mêmes tant ils dévoilent au fil des huit morceaux proposés des aspirations musicales moins introspectives, résolument plus pop, en témoigne l’utilisation plus prégnante de la guitare électrique, de la basse et de la batterie. Si l’inaugural A Flow In The Iris lorgne vers des ambiances groovy entendues récemment chez Jane Weaver, Let’s Never Leave Here, quant à lui, batifole durant plus de six minutes au milieu des herbes doucement folles d’une pop baroque sixties empreinte d’un psychédélisme rappelant plus près de nous l’univers enchanté de Jacco Gardner. C’est alors que les Suédois haussent le ton, affichant clairement leurs intentions de donner à leur musique une nouvelle dimension capable de les emmener vers des contrées encore plus lointaines. Mercier nous entraîne dans une course effrénée, une quête éperdue dans le dédale de nos émotions qui n’est pas sans nous rappeler Into The Trees de Still Corners tandis que l’implacable Eye Bath enfonce le clou martelant presque sans relâche sa rythmique entêtante. Prolongement de cette évolution sans révolution, The Hum et Nothing Is Real s’appuient sur une voix moins éthérée et une orchestration plus affirmée reléguant un temps le caractère synthétique de la mélodie au second plan avant qu’elle ne vienne s’imposer naturellement en fin de morceaux. Et même si le délicat Vespertine joue la carte de l’apaisement renouant avec des ambiances et une production plus familières du trio, le somptueux Wallpaper Pattern, sonnant comme un morceau sorti tout droit de l’imagination d’un Lee Hazlewood des temps modernes, clôt cette exploration des grands espaces avec grâce et majesté.

Depuis quelques années maintenant, la question semblait rester en suspend : à notre époque, à quoi peut bien ressembler un disque de pop moderne ? Death And Vanilla pourrait bien être la formation susceptible de nous apporter la réponse. Ajoutant de nouvelles touches d’originalité à la déjà très riche palette de couleurs des Suédois, Are You a Dreamer ? devrait conforter les adorateurs de la première heure et convaincre un public d’admirateurs plus large. Pop affirmée sur fond de rêvé éveillé, symbiose parfaite entre les codes traditionalistes et une vision de la musique résolument moderne, ce disque possède en tout cas tous les atouts nécessaires pour devenir une œuvre majeure représentative de son époque.

Tracklisting
1. A Flow In The Iris
2. Let’s Never Leave Here
3. Mercier
4. Eye Bath
5. The Hum
6. Nothing Is Real
7. Vespertine
8. Wallpaper Pattern

Discographie
Death And Vanilla (Hands In The Dark / 2012)
Vampyr (Moon Glyph / 2013)
To Where The Wild Things Are (Fire Records / 2015)
A Score For Roman Polanski’s The Tenant (Fire Records / 2018)
Are You A Dreamer ? (Fire Records / 2019)

https://deathandvanillamusic.bandcamp.com/album/are-you-a-dreamer

Crédit photo : DR

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. Accepter Lire plus