Business Of Dreams – Ripe For Anarchy

(Slumberland Records)

Il y a tout juste 10 ans, Slumberland Records mettait en circulation ce qui allait bientôt devenir un véritable classique, l’irrésistible premier album de The Pains of Being Pure at Heart. Depuis, Kip Berman et les siens ont vogué vers de nouveaux horizons, mais leur ancien label californien continue à faire oeuvre de salut public. De Papercuts à Real Numbers en passant par Tony Molina ou Rat Columns, Slumberland reste en effet l’une des meilleures adresses de la planète pour les amateurs de pop à guitare sensible et douce amère.
Nouvelle preuve intangible du flair de Mike Schulman, l’homme de goût qui préside aux destinées du label depuis son lancement en 1989, le deuxième essai de Business Of Dreams a tout pour tirer son épingle du jeu, dans un registre musical où l’anecdotique est beaucoup moins rare que l’essentiel.

© Gina Clyne

Projet solo de Corey Cunningham, guitariste pour Terry Malts, Smokescreens ou Mike Krol, Business Of Dreams façonne une pop synthétique bleutée et vaporeuse, qui dépoussière les plus belles reliques de la production ″indie″ des 80’s. En filiation directe avec les arpèges luminescents des Smiths et d’Aztec Camera (Naive Scenes), Cunningham cite les Go-Betweens dans le texte (My Old Town) et fait se côtoyer la rythmique chétive de Field Mice (I Feel Dread) et l’opulence mélodique des Chills (N.R.E.A.M., La La La La).
En présence d’un disque aussi ouvertement référencé, il serait tentant de jouer les rabat-joie, de pointer quelques emprunts un peu trop apparents à des splendeurs passées. Mais ce Ripe For Anarchy, qui possède l’étoffe d’un disque de chevet, va bien au-delà de ces considérations. Il nous rappelle que sous ses traits conservateurs, le courant indie pop semble pouvoir se régénérer à l’infini.

Business Of Dreams – Site officiel
Ecouter / acheter sur Bandcamp

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. Accepter Lire plus