A Girl Called Eddy – Been Around

(Elefant Records)

La « blue-eyed soul » et la soul californienne sont des musiques dont les mélodies exquises et hors du temps reviennent régulièrement ensoleiller nos jours et illuminer nos nuits. Et ce, depuis le mitan des années 60-70 lorsque des interprètes comme Dusty Springfield (ah, Dusty !), Karen Carpenter, Joni Mitchell ou des compositeurs comme Burt Bacharach faisaient et font encore couler du miel aux oreilles de l’auditeur. Très certainement, ces bonnes fées ont dû se pencher sur le berceau d’Erin Moran, chanteuse et compositrice qui se cache derrière le pseudonyme de A Girl Called Eddy. Commencée en 1999, sa carrière musicale est émaillée de collaborations diverses et de choix toujours subtils comme sur le charmant titre Parlez-vous anglais, Monsieur Katerine ? de Philippe Katerine (la voix féminine au délicieux accent anglais, c’était elle), jusqu’au travail à deux mains avec Mehdi Zannad sur le tout récent et formidable album de The Last Detail chroniqué dans ses pages. En 2004, elle publie son premier disque solo et c’est un coup de maître. Produit par Richard Hawley (quand on connaît les goûts musicaux du crooner anglais, c’est dire le niveau et la qualité des compositions), encensé entre autres par Rufus Wainwright, Ron Sexsmith, Tracey Thorn et…Burt Bacharach lui-même, c’est un album dont les arrangements, les mélodies et le chant d’une classe extrême tutoient les standards du genre. Difficile de faire mieux. Puis…  parenthèse solo fermée pendant quinze ans.

(DR)

Et voici qu’arrive le second album. En novembre dernier paraissait un premier single annonciateur. Les premiers mots que l’on entend sur ce titre qui donne son nom au LP, le bien nommé Been Around,  sont : « Girl, where you been ? ». Une question teintée d’inquiétude que l’on poserait à celle qui nous a manqués et que l’on est heureux de retrouver. Et dès les premières notes, on est rassurés. Erin Moran a simplement pris son temps pour se (re)trouver. Au fur et à mesure, le morceau prend de l’ampleur. Celle qui a été un temps réceptionniste dans un studio d’enregistrements à N.Y. et qui a vu défiler des artistes en devenir, vite oubliés, mais à l’ego surdimensionné et aux demandes extravagantes fait ainsi la part des choses. Entre superficialité et profondeur du propos, son camp est choisi. L’amour, l‘amitié, la dilution des sentiments, voilà ce qui vaut vraiment ! Tour à tour, amie qui vous veut du bien (Someone’s Gonna Break Your Heart) ou amoureuse transie qui attend désespérément un appel de l’être aimé (Two Hearts), A Girl Called Eddy sait nous toucher au cœur. A travers des chansons telles que Jody à la mélodie très Prefab-Sproutienne ou Lucky Jack 20-1, elle dresse des portraits d’amie perdue ou de briseur de cœur avec une précision et une acuité dignes des plus grandes Torch Songs. 

On dit que le second album est souvent une épreuve pour les artistes. Avec cette splendide réalisation et la lumière qui s’en dégage, Erin Moran survole cet écueil et signe ainsi une collection de douze chansons au charme intemporel, qui sonnent déjà comme des classiques. Douze morceaux qui, comme des madeleines de Proust, seront des marqueurs rassurants vers lesquels on se tournera souvent, pour se sentir à la maison après avoir laissé nos oreilles traîner ailleurs.

Discographie
A Girl Called Eddy (2004)
Been Around (2020)

Liens
Elefant Records
A Girl Called Eddy sur Facebook

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. Accepter Lire plus